vers page d'accueil du site

ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE
vers menu de l'article ABATTAGE
ABATTAGE
 
 
Sylviculture
 
-
-Abattages particuliers :
démontage,
chablis
parcs et jardins---
-



 

Abattages particuliers
 
Le démontage
 

Le démontage permet d'abattre un arbre là ou il n'y a pas la place de le tomber en un seul morceau. Les raisons de voir disparaître cet arbre sont évoquées dans le paragraphe "abattage". Cela consiste à couper toutes les branches, une par une, et souvent en plusieurs fois, pour permettre de diminuer la surface de chute au sol et ainsi d'augmenter la sécurité lors de la chute des branches ou de la cime.

Il ne reste que le tronc et les départs de branches.

L'accès aux premières branches de l'arbre se fait avec une échelle ou un escabeau. Les départs de branches permettent de pouvoir poser les pieds. Il faut s'attacher dès que l'on atteint la première branche, remonter sa corde de sécurité au fur et à mesure de l'ascension. Attachée autour du tronc, la corde est tendue à la longueur souhaitée, les pieds callés contre le tronc l'élagueur se trouve près de celui-ci pour une meilleure position de travail. Le démontage des branches est commencé par le bas, puis arrivé en haut, couper la cime.

Pour faciliter la montée, des griffes, fixées à l'intérieur des pieds, permettent de passer les endroits difficiles (ou quand les branches sont trop espacées). Elles permettent aussi de se positionner à un endroit précis pour couper une branche en plus grande sécurité.

Si il y a assez de place pour tomber le tronc en un seul morceau,l s'attacher en haut, et redescendre en coupant les départs de branches laissés lors de la montée. Il ne reste donc plus que le tronc à couper. Si il n'y a pas assez de place, il sera débité en rondins jusqu'à la hauteur souhaitée pour pouvoir l'abattre. La coupe des rondins se fait en pivotant dans le tronc avec le bout du guide, puis en déplaçant la base du guide si l'arbre est trop large. Le rondin, lors de la chute sera dirigé soit par l'entaille et la coupe; il peut être guidé à la main quand il s'agit de petits rondins.

Le chablis

On appelle chablis ou chable, le bois abattu par les intempéries. On distingue le chablis du volis, en ce que le premier concerne les arbres arrachés par les racines, et le second les arbres coupés au niveau du tronc. Quelles soient représentées par le vent, la foudre, le givre ou la grêle, que les arbres soient abattus entièrement ou non, le chablis n'a en général que peu de valeur marchande à cause des dégâts importants causés au bois en ces circonstances. Il est souvent laissé sur place, mais il peut parfois servir de bois de chauffage. Son exploitation n'est vraiment envisagée qu'en cas de destructions de grande ampleur, comme pendant les tempêtes du 6 et 7 novembre 1982, qui ravagea une grande partie du massif central (12 millions de mètres cubes d'arbres abattus), ou bien pire, celle des 27, 28, 29 décembre 1999, la plus grande catastrophe qu'a connu, de mémoire d'homme, la France en la matière : Le chablis a totalisé à près de 140 millions de mètres cubes sur les 3/4 du territoire natonal : cela représente plus de 60 millions d'arbres abattus !

La question technique du chablis ( format pdf : nécessite acrobat reader) est étudié en détail dans un dossier édité par : http://www.ctba.fr/actualite/Chablis.pdf

Voir aussi le chapitre : Biomécanique

Parcs et jardins


Dans le cadre des parcs et jardins d'agrément, public ou privé, les arbres qu'on décide d'abattre le sont essentiellement pour la sécurité du public. Ils sont souvent malades, surtout de maladies dégénérescentes, vieux et faibles souvent de ne plus pouvoir se défendre contre les insectes ou les champignons. Un diagnostic précis des arbres en cause peuvent être effectué par des experts en biomécanique des arbres, munis en particulier d'un résistographe, une perforeuse "chirurgicale" capable de sonder au plus profond du coeur des fûts. Le diagnostic fait, le spécialiste confirme ou non l'état de l'individu, sa dangerosité, et l'autorité publique en la matière décide à partir de là de l'action à entreprendre. A ce sujet, précisons que le département est légalement responsable des dommages causés à des tiers lors de la chute d'arbres provenus dans un espace public de sa juridiction.